mardi
19 septembre 2017
  Accueil du site > Musique > Chorale
 
Enregistrer au format PDF
Chorale

« Le peuple craignit le Seigneur ; il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse. Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent ce cantique au Seigneur : “Ma force et mon chant, c’est le Seigneur…” » Exode 14,31-15,1

JPEG - 208.9 ko
La chorale paroissiale en répétition

Le mot d’Anne Bonnefis, Chef de Chœur : « Aujourd’hui encore nos chants sont des répon­ses à l’action de Dieu pour nous. C’est Dieu qui nous invite à chan­ter. Nous ne chan­tons pas parce que nous y sommes invi­tés par l’ani­ma­teur, ni parce que nous aimons seu­le­ment chan­ter, mais parce que Dieu nous révèle son amour et qu’en retour, nous avons à cœur de faire monter vers lui nos répon­ses. C’est l’action de Dieu qui motive le chant. Le chant fait mémo­ri­ser et « rumi­ner » les mots de la foi. Le chant favo­rise aussi l’una­ni­mité de la prière. Il permet aux mots de des­cen­dre dans notre cœur jusqu’à être connus « par cœur ». Il ne s’ajoute pas au rite comme un simple orne­ment ; il en déploie la pro­fon­deur ; il nous immerge dans la foi de l’Eglise. (...) Chanter met en mou­ve­ment tout l’être : le corps, l’esprit, le cœur. Ainsi toute cho­rale engen­dre, par son art, un déve­lop­pe­ment humain, per­son­nel et social. On ne chante pas pour se mettre en valeur, ni pour faire des per­for­man­ces voca­les, ni pour appor­ter à la célé­bra­tion un simple orne­ment ; mais pour aider l’assem­blée à exer­cer ses pré­ro­ga­ti­ves bap­tis­ma­les de louange et de sup­pli­ca­tion. La cho­rale se met au ser­vice des rites : on ne chante pas pen­dant la messe, on chante la messe. Dans notre paroisse du Saint-Esprit, nous sommes envi­ron 25 à nous réunir tous les mardis soirs, pour tra­vailler le réper­toire parois­sial.

Pour contacter Anne Bonnefis :
Nous animons les grandes célébrations de l’année liturgique, certaines messes du temps ordinaire et nous sommes également au service des différents groupes de la paroisse. Tous les âges, milieux sociaux et niveaux musicaux y sont représentés. Notre richesse vient de notre diversité. Notre but ? Faire de toutes ces personnalités un seul et même « chœur », une seule et même voix au service de nos assemblées et de chacun d’entre vous. »
Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales