mardi
22 août 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

C’est la ren­trée de la nou­velle équipe pas­to­rale ! Fébriles mais heu­reux de la mis­sion qui nous est confiée et reconnais­sants de la confiance qui nous est accor­dée, mes confrè­res, les pères Christophe Martin, et Bruno Guespéreau sou­te­nus par le père Cyprien et nos deux dia­cres, Jean Amouriaux et Jean-Louis Choplin, avons cons­cience de nous ins­crire dans une his­toire rendue riche et féconde grâce au ser­vice de la com­mu­nauté eudiste et à l’enga­ge­ment per­son­nel de nom­breux parois­siens. 

Comme le sug­gère l’Evangile de ce diman­che, il nous faudra com­men­cer par nous asseoir avant de bâtir, pour écouter avec une oreille atten­tive et regar­der avec les yeux du cœur. Mais avec le psal­miste nous pou­vons chan­ter : « Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtis­seurs tra­vaillent en vain. » 

Bien hum­ble­ment nous nous pré­sen­tons devant vous. Lors des obsè­ques du roi des Belges, le Cardinal Danneels com­men­çait son homé­lie en disant : « Il y a des rois qui sont plus que des rois : ils sont les ber­gers de leur peuple. Ils ne font pas que régner, ils aiment jusqu’à donner leur propre vie… ce fut un roi selon le cœur des hommes » et il pour­sui­vait évoquant la per­son­na­lité du Roi Baudouin : « Par ses bles­su­res, n’a-t-il pas guéri les nôtres ? Grâce à ses souf­fran­ces, la paix com­mu­nau­taire dans notre pays n’a jamais été gra­ve­ment per­tur­bée. Ses meur­tris­su­res ne nous ont-elles pas rap­pro­chés les uns des autres ? Son silence n’a-t-il pas tem­péré nos vio­len­ces ver­ba­les ? Ses conver­sa­tions et le va-et-vient de ses patien­ces, n’ont-ils pas rap­pro­ché ceux qui ris­quaient de s’igno­rer de plus en plus chaque jour (… ) Etre roi, c’est servir la vérité et souf­frir pour son peuple (…) Celui qui veut faire l’unité dans son pays, doit s’exer­cer à la faire d’abord dans son foyer et sa famille. En effet les deux mai­sons sont cons­trui­tes avec le même ciment, celui de l’amour. »

Nous pour­rions appli­quer ces mots à notre paroisse, à ses fidè­les comme à ses pas­teurs. Tous nous sommes invi­tés à suivre le Christ en ser­vant l’Eglise et à nous lais­ser un peu bous­cu­ler pour être com­blés par le Seigneur bien au delà de ce que nous espé­rions et à nous lais­ser conduire vers les verts pâtu­ra­ges de la « petite cam­pa­gne pari­sienne ».

Père Stanislas Lemerle, curé

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales