mardi
22 août 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Dimanche der­nier, 2 février, nous célé­brions la pré­sen­ta­tion du Seigneur au Temple. Une solen­nité qui l’emporte sur le temps litur­gi­que ordi­naire. Ainsi, nous n’avons pas pu médi­ter le pre­mier épisode du sermon sur la mon­ta­gne, l’ensei­gne­ment de Jésus dans les cha­pi­tres cinq à sept de l’évangile selon saint Matthieu. En effet, nous avons été dis­pen­sés du texte des béa­ti­tu­des, où Jésus appelle à l’humi­lité, à la pau­vreté du cœur, à la jus­tice, à la dou­ceur, à la paix, à la misé­ri­corde, à l’espé­rance et la per­sé­vé­rance.

Aujourd’hui, épisode 2 du dis­cours sur la mon­ta­gne, Jésus invite ses dis­ci­ples à deve­nir sel de la terre et lumière du monde. Des diver­ses fonc­tions du sel, seule celle d’assu­rer la saveur a été rete­nue par le maître. Comment rem­plir cette fonc­tion ? Donner de la saveur pour faire dis­pa­raî­tre le goût insi­pide, faire en sorte que la vie soit belle, agréa­ble à vivre et qu’elle ait un sens en Dieu grâce à la foi. Cela consiste à être une source de joie pour les autres en agis­sant dans le sens et dans l’esprit des béa­ti­tu­des. Quant à la lumière, elle a pour voca­tion de briller et d’éclairer. Elle vient dis­si­per les ténè­bres ou l’obs­cu­rité pour per­met­tre non seu­le­ment de contem­pler la beauté de la créa­tion, mais aussi d’éviter, en les dis­tin­guant, les obs­ta­cles sur la route. Elle révèle en outre la vérité, l’iden­ti­fie et l’authen­ti­fie.

Sel, source de saveur et de joie, et lumière, source de vie scien­ti­fi­que­ment prou­vée, ren­voient tous deux au Dieu Créateur. La vie de Jésus est une belle illus­tra­tion du par­fait accom­plis­se­ment de ces deux axes de la voca­tion du dis­ci­ple. Ainsi, tout homme qui adhère à cet ensei­gne­ment et répond à son appel, devient fils de Dieu à la suite et à l’image de Jésus, le Fils de Dieu. En défi­ni­tive, être dis­ci­ple du Christ, être le sel de la terre et la lumière du monde et être fils de Dieu, sont trois expres­sions qui ont une même réso­nance.

Père Cyprien BOMBANGUI-GOLEMBA

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales