jeudi
27 juillet 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Pour votre médi­ta­tion de cette semaine je vous livre ces quel­ques mots du Pape François, pro­non­cés à la fin de l’angé­lus domi­ni­cal du 17 novem­bre der­nier : « Je vou­drais main­te­nant vous conseiller à tous un médi­ca­ment. Certains pen­se­ront : « Le Pape est phar­ma­cien main­te­nant ?  ». C’est un médi­ca­ment spé­cial pour concré­ti­ser les fruits de l’Année de la foi qui touche à sa fin. Mais c’est un médi­ca­ment com­posé de 59 gra­nu­les pour le cœur. Il s’agit d’un médi­ca­ment « spi­ri­tuel » appelé Misericordina. Une petite boîte de 59 gra­nu­les pour le cœur. Cette petite boîte contient le médi­ca­ment et des béné­vo­les vont vous la dis­tri­buer tandis que vous quit­tez la place. Prenez-la ! C’est un cha­pe­let avec lequel on peut prier aussi le « cha­pe­let de la Miséricorde », une aide spi­ri­tuelle pour notre âme et pour dif­fu­ser par­tout l’amour, le pardon et la fra­ter­nité. N’oubliez pas de la pren­dre ! Parce qu’elle fait du bien. Elle fait du bien au cœur, à l’âme et à toute la vie ! » Disponibles en 4 lan­gues (polo­nais, ita­lien, espa­gnol et anglais), ces boîtes contien­nent outre un cha­pe­let, une petite image de la Divine misé­ri­corde et une notice spi­ri­tuelle dans les deux sens du terme. L’ini­tia­tive vient de Pologne et a été promue par Mgr Konrad Krajewski, aumô­nier de la maison pon­ti­fi­cale. Misericordina est déli­vrée sans ordon­nance et à consom­mer sans modé­ra­tion.

Père Stanislas LEMERLE

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales