dimanche
28 mai 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Ce qua­trième diman­che marque le milieu du temps de conver­sion auquel sont conviés tous les chré­tiens en ce Carême : occa­sion, à mi-par­cours, de faire le point ! Est-ce que je vis ce temps qui m’est donné comme un temps de grâce, avec tout le soin que je mets à la pré­pa­ra­tion d’un événement impor­tant, déci­sif ? Il s’agit de me débar­ras­ser de ce qui m’alour­dit, de ce qui m’entrave dans ma vie de rela­tion à Dieu et aux autres. Dans cette pers­pec­tive, je vou­drais repren­dre quel­ques réflexions de Monseigneur Henri Teissier, en 1997, alors qu’il était Archevêque d’Alger ; il écrivait ces lignes en mars, un an après le drame des moines de Tibhirine : « La conver­sion n’est pas seu­le­ment un thème spi­ri­tuel pour de petits grou­pes fer­vents, mais une urgence pour tout le peuple... La conver­sion est fina­le­ment un acte per­son­nel, une grâce per­son­nelle faite par Dieu à chacun, même si c’est une grâce utile à tout le peuple. L’année der­nière (en 1996), c’est au Père Christian de Chergé, prieur de Tibhirine, que nous avions demandé de prê­cher la récol­lec­tion des laïcs pour l’entrée en Carême : c’était le 8 mars, il avait quitté Tibhirine pour une jour­née et nous avait rejoint à Alger. » Le monas­tère avait déjà été « visité » dans la nuit de Noël 1993 par le groupe armé de Sayah Attia : les frères avaient tous cru qu’ils allaient être égorgés eux aussi, comme dix jours plus tôt leurs voi­sins croa­tes. Christian de Chergé « avait mis en rela­tion les épreuves du monas­tère et les appels à la conver­sion que tout chré­tien reçoit de l’Evangile pour s’appro­cher du mys­tère pascal. « Il disait : ‘‘ Notre iden­tité d’homme va de nais­sance en nais­sance, et, de nais­sance en nais­sance, nous arri­ve­rons bien à mettre au monde l’enfant de Dieu que nous sommes... ’’. Il ne savait pas quelle nais­sance l’atten­dait quel­ques semai­nes après, mais il nous disait que le plus dif­fi­cile, c’est de vivre ces nais­san­ces dans les réa­li­tés quo­ti­dien­nes... Le sens du Carême est donné par son but qui est l’enga­ge­ment renou­velé dans le mys­tère pascal, et Pâques, c’est la conver­sion à cette huma­nité nou­velle que ‘‘ notre Père qui voit dans le secret ’’ ne cesse de nous pro­po­ser. » (La Croix, 12 février 1997). Allons-nous lais­ser mettre au monde l’enfant de Dieu que nous sommes ?

Père André Lacau

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales