lundi
24 juillet 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

La trans­fi­gu­ra­tion, prise telle quelle, res­sem­ble à un événement para­nor­mal ; peut-être un peu trop sage au goût de cer­tains. Pourtant, sitôt que vous le prenez dans son contexte, il n’est plus aussi « sage » ! Après la belle pro­fes­sion de foi de Pierre : « Tu es le Christ », Jésus annonce sa Passion. Mais Pierre refuse la pers­pec­tive de la croix et n’entre pas dans le mys­tère. Alors Jésus-Christ réaf­firme que la croix est Le chemin du Salut et enchaîne avec l’annonce du règne de Dieu. Et comme pour en mon­trer la réa­lité, vient l’expé­rience de la Transfiguration. Pour Pierre, c’est plus qu’une expé­rience au-delà du normal : c’est le mys­tère du Christ dans son entier. C’est le mys­tère de la Rédemption qui se révèle en deux temps qui n’en font qu’un : Mort et Résurrection. Le lin­ceul, sujet de l’expo­si­tion qui se tient actuel­le­ment dans notre église, est une par­faite expres­sion de ce mys­tère puisqu’il est un tissu mor­tuaire ; mais aussi un tissu vide sans aucune trace de mort ou de cor­rup­tion. L’homme du lin­ceul est vivant ! En cela, le Linceul est un outil pré­cieux pour l’unité des chré­tiens pour laquelle il ne faut jamais cesser de prier. Le lin­ceul nous unit sur l’essen­tiel : non pas des effets para­nor­maux, mais le Mystère du Christ vivant, avec ses stig­ma­tes, et dans la lumière de la Gloire.

Père Bruno GUESPEREAU

Voir la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales