mardi
19 septembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

L’actua­lité de cette semaine a, bien malgré nous, rejoint la litur­gie en nous plon­geant au cœur du mys­tère pascal de la mort et de la Résurrection du Christ. Après la déré­lic­tion du Vendredi Saint, aujourd’hui, nous célé­brons Pâques avec les nou­veaux bap­ti­sés. Cette fête, cœur des fêtes chré­tien­nes, est si impor­tante pour notre foi que sa célé­bra­tion dure une semaine et s’achève par un « double diman­che » : diman­che « in albis » pour les néo­phy­tes et diman­che de la Miséricorde pour toute l’Eglise. Nous mar­que­rons ce « double diman­che » avec notre pèle­ri­nage jubi­laire parois­sial. Dans la bulle d’indic­tion ouvrant le jubilé de la Miséricorde, le Pape François écrit : « Le pèle­ri­nage est un signe par­ti­cu­lier de l’Année Sainte : il est l’image du chemin que chacun par­court au long de son exis­tence. La vie est un pèle­ri­nage, et l’être humain un viator, un pèle­rin qui par­court un chemin jusqu’au bout désiré. Pour passer la Porte Sainte à Rome, et en tous lieux, chacun devra, selon ses forces faire un pèle­ri­nage. Ce sera le signe que la misé­ri­corde est un but à attein­dre, qui demande enga­ge­ment et sacri­fice. Que le pèle­ri­nage sti­mule notre conver­sion : en pas­sant la Porte Sainte, nous nous lais­se­rons embras­ser par la misé­ri­corde de Dieu, et nous nous enga­ge­rons à être misé­ri­cor­dieux avec les autres comme le Père l’est avec nous. » Misericordiae Vultus n°14 Heureuses fêtes pas­ca­les pour vous-mêmes, vos famil­les et ceux qui vous sont pro­ches. « Ils sont finis les jours de la pas­sion suivez main­te­nant les pas du Ressuscité : suivez-le désor­mais jusqu’à son Royaume où vous pos­sé­de­rez enfin la joie par­faite. »

Père Stanislas LEMERLE

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales