jeudi
21 septembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? » (Lc 10, 25). Se préoc­cu­per de la vie éternelle est l’atti­tude de tout vrai cher­cheur de Dieu. Cette ques­tion révèle un réel désir dans le cœur de celui qui se la pose. Elle montre qu’on ne vit pas dans l’insou­ciance et qu’on veut vrai­ment donner un sens à sa vie. A l’homme de l’évangile qui se pose cette ques­tion, Jésus indi­que la pra­ti­que du grand com­man­de­ment de l’amour de Dieu et du pro­chain : « Tu aime­ras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur… Tu aime­ras ton pro­chain comme toi-même » (Lc 10,27). Ainsi, donner un sens à notre vie passe iné­vi­ta­ble­ment par la loi de l’amour. Aimer et se savoir aimé est ce qui donne de la force à notre exis­tence. Cette loi de l’amour est impri­mée en nous. Jésus en fait le signe dis­tinc­tif de ses dis­ci­ples. Mais la ques­tion reste de savoir com­ment vivre concrè­te­ment cette loi de l’amour ? Jésus nous pro­pose le modèle du Bon Samaritain. Ce der­nier ne se pose pas de ques­tion sur l’iden­tité ou la natio­na­lité de l’homme battu et laissé à demi-mort par des ban­dits. Saisi de pitié pour cet homme, le Bon Samaritain s’empresse de pren­dre soin de lui et de lui sauver la vie. Ainsi, pour Jésus, la ques­tion n’est pas « Qui est mon pro­chain ? », mais plutôt « De qui qui suis-je le pro­chain ? ». Le pro­chain ce n’est pas l’autre ; c’est tout homme qui s’appro­che des autres avec bien­veillance, sans condi­tion, sans faire de tri, même s’ils sont étrangers ou de mœurs légè­res. C’est celui qui se met au ser­vice de ceux qui sont dans le besoin avec amour. Bon diman­che et bonnes vacan­ces.

Père Thomas THON

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales