mardi
22 août 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Comme le rap­pelle le Pape François en citant le synode sur la famille, c’est la paroisse qui offre la contri­bu­tion prin­ci­pale à la pas­to­rale fami­liale. Le synode insiste aussi beau­coup pour que la com­mu­nauté chré­tienne dans son ensem­ble fasse davan­tage d’efforts pour s’enga­ger dans la pré­pa­ra­tion au mariage des futurs époux. En célé­brant leur mariage à l’église, ceux-ci sont invi­tés à entrer dans la com­mu­nauté chré­tienne. Nos parois­ses doi­vent donc les accueillir, cha­leu­reu­se­ment, et avec joie. Leur mariage n’est pas seu­le­ment une céré­mo­nie privée qui les concer­ne­rait eux seuls avec leurs famil­les, mais un acte posé au sein d’une com­mu­nauté. De plus, en vivant leur temps de fian­çailles dans notre com­mu­nauté, les fian­cés peu­vent décou­vrir la vie de l’Eglise, telle qu’elle est, et pas seu­le­ment comme ils croient qu’elle est. Ils peu­vent aussi décou­vrir une expé­rience fami­liale, posi­tive malgré les dif­fi­cultés, et s’appuyant sur une expé­rience chré­tienne véri­ta­ble. La méfiance est com­mu­ni­ca­tive, la confiance aussi. Notre atti­tude devant eux est donc impor­tante. En qui met­tons-nous vrai­ment notre confiance ? Si nous la met­tons vrai­ment en Dieu, nous la dif­fu­se­rons autour de nous. Les fian­cés doi­vent s’appuyer sur cette confiance en Dieu que nous mani­fes­tons… Aujourd’hui, la paroisse invite des fian­cés à par­ti­ci­per à notre messe domi­ni­cale. Ils seront tout par­ti­cu­liè­re­ment bénis à la fin de la célé­bra­tion. Regardons-les avec un regard d’estime et de joie, et ren­dons grâce à Dieu pour ce projet qu’ils ont et aux­quels ils nous asso­cient. C’est bien cela le sens de l’Eucharistie !

Ludovic PEAUCELLE, diacre per­ma­nent

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales