dimanche
23 juillet 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

La jux­ta­po­si­tion de ces deux mots peut paraî­tre incongrue. Et pour­tant le calen­drier litur­gi­que est tel que nous célé­bre­rons Pâques une semaine avant les pre­miè­res échéances électorales. C’est pour­quoi, il est plus que jamais impor­tant de porter dans notre prière les res­pon­sa­bles poli­ti­ques de tout bord de notre pays, comme nous le fai­sons certes tous les diman­ches et plus par­ti­cu­liè­re­ment dans la grande prière uni­ver­selle du ven­dredi Saint : « Prions pour les chefs d’Etat et tous les res­pon­sa­bles des affai­res publi­ques : que le Seigneur notre Dieu dirige leur esprit et leur cœur selon sa volonté pour la paix et la liberté de tous. »

Cette prière pour notre pays s’ins­crit dans un contexte fra­gi­lisé, de crise de confiance et d’une cer­taine tris­tesse 1. Or la crise du poli­ti­que est avant tout une crise de la parole. Nous savons que c’est la confiance dans la parole donnée qui permet que s’élabore une vie en société. La poli­ti­que est le lieu essen­tiel de l’exer­cice de la parole. Là où le conflit n’est pas dit, là où la vérité est trans­for­mée ou cachée, là ris­quent d’appa­raî­tre la vio­lence, la décep­tion et le désen­chan­te­ment.

Dans ce contexte, reve­nons à l’Evangile de ce jour où, à la parole condi­tion­nelle du diable, emprunte de ruse, de men­songe et de dupli­cité, le Christ oppose la Parole de Dieu, Parole de Vérité, qui n’est pas cen­trée sur sa propre per­sonne mais orien­tée vers son Père, seul remède face aux ten­ta­tions qui peu­vent nous assaillir, seul remède pour nous rendre l’Espérance que nos diri­geants soient animés du souci du bien commun et de l’inté­rêt géné­ral.

Père Stanislas LEMERLE

1 « Dans un monde qui change, retrou­ver le sens du poli­ti­que » Le conseil per­ma­nent de la Conférence des évêques de France aux habi­tants de notre pays.

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales