lundi
18 septembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

L’idée est belle mais ne doit pas rester abs­traite. Dieu nous aime comme un Père : il fal­lait que cela se pré­cise, se concré­tise, s’incarne. Après l’Alliance offerte au Peuple de Dieu et vécue en une longue his­toire, ce Père envoie Jésus, le Fils unique. C’est le visage que Dieu dévoile à tra­vers le lan­gage d’une vie d’homme. Jésus peut dire : « Celui qui m’a vu, a vu le Père. » C’est à tra­vers ses actes et ses paro­les, sa proxi­mité avec les petits, son annonce du pardon, sa lutte vic­to­rieuse contre le Mal… qu’il nous révèle l’amour du Père. Par sa vie, sa mort et sa résur­rec­tion, il a rendu cet amour visi­ble et pal­pa­ble.

JÉSUS EST LE CHEMIN. Si Jésus est le chemin que Dieu a pris pour venir vers nous, il est aussi le chemin qui s’ouvre devant nos pas. D’abord parce qu’il dési­gne l’hori­zon vers lequel nous mar­chons : « Je pars vous pré­pa­rer une place. Là où je suis, vous serez vous aussi. » Il nous promet la vie éternelle auprès de Dieu. Il est le Sauveur. Mais aussi parce qu’il nous accom­pa­gne tout au long de la route. Présent par son Esprit, il nous prend par la main et veille sur notre marche. Il n’a pas peur de nous appe­ler à accom­plir, nous aussi, les œuvres du Père : « Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. » Il nous fait confiance pour inven­ter les gestes et pro­non­cer les paro­les qui disent l’amour du Père aux hommes de ce temps. L’apôtre Pierre nous le confirme : « Mais vous, vous êtes un peuple des­tiné au salut pour que vous annon­ciez les mer­veilles de Celui qui vous a appe­lés des ténè­bres à son admi­ra­ble lumière. »

Père Christophe MARTIN

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales