samedi
25 novembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Le 26 juillet pro­chain, nous fête­rons un triste anni­ver­saire : le mar­tyre d’un prêtre âgé dans l’église où il venait de célé­brer la messe, le Père Jacques Hamel. Cette mort vio­lente et sau­vage m’a bou­le­versé. Sans doute pour plu­sieurs rai­sons parce que :

  • intervenant au cœur de l’été, à une période où généralement tout s’apaise ; les tensions accumulées au cours de l’année retombent, nous prenons un peu de recul nécessaire pour réfléchir, nous nous plongeons dans la préparation de l’année prochaine pleine de projets, tournés déjà vers un avenir temporel dans l’attente active d’une éternité bienheureuse ;
  • intervenant à la fin de la messe alors que nous disons de manière plus ou moins solennelle, sans parfois y prêter autant d’attention qu’il faudrait : « Allez dans la paix du Christ », des mots ô combien plus riches que « bon dimanche et bonne semaine », qui nous invitent à considérer le monde avec le regard du Seigneur ;
  • intervenant après avoir prononcé les paroles de la consécration : « Ceci est mon corps livré pour vous… ceci est mon sang versé pour vous. » Par son martyre, le Père Hamel accomplissait le don de sa vie qu’il avait déjà fait le jour où il avait répondu à l’appel du Christ et de l’Eglise à être prêtre. « Ma vie nul ne la prend mais c’est moi qui la donne. »

S’il s’agit d’un triste anni­ver­saire, certes, il s’agit aussi d’une action de grâce pour ce témoi­gnage invo­lon­taire mais de fait, de l’Espérance qui nous anime.

Père Stanislas LEMERLE

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales