samedi
26 mai 2018
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Sous le buis­son ardent

Vous entrez dans l’église et imman­qua­ble­ment vous levez la tête ! C’est que Paul Tournon, notre archi­tecte, a forcé le trait. De Sainte Sophie de Constantinople (Istanbul) il a gardé toutes les fenê­tres hautes, mais il a masqué celles de l’abside ; les rem­pla­çant par la lumière de l’Esprit Saint magni­fi­que­ment repré­senté par Maurice Denis. Plus raf­finé encore puis­que nous cher­chons tou­jours la lumière, , il joue avec nous, met­tant les plus gran­des ouver­tu­res au plus haut ! Pourquoi nous faire lever la tête ? Les choses spi­ri­tuel­les ne pou­vant se défaire du corps, lever le regard aide à l’âme à s’élever vers Dieu ! Et pour­quoi s’arrê­ter à 45° ? L’évangile de la fête que nous célé­brons, nous invite à faire la suite du chemin, par la grâce de la lumière divine, celle du 1er jour de créa­tion, et non plus par la lumière phy­si­que, celle du 4e jour de la créa­tion où « le Seigneur Dieu fit les deux grands lumi­nai­res : le plus grand pour com­man­der au jour, le plus petit pour com­man­der à la nuit. » (Gn 1, 16). Quitte à nous tordre un peu la nuque, regar­dons à 90°. La voûte de la cou­pole qui repré­sente la vie divine nous pro­pose une curieuse et ori­gi­nale repré­sen­ta­tion de la Sainte-Trinité, inti­tulé ‘le Buisson ardent’(Ex3). Dieu le Père est là dans cette expé­rience pro­pre­ment divine, la voix enten­due par Moïse est bien le Verbe de Dieu, et depuis la Pentecôte l’image du feu signe la pré­sence de l’Esprit-Saint. De cette manière l’archi­tecte nous confirme que tout ce qui se vit dans l’église (figure de l’Eglise) est sous le regard d’un Dieu tri­ni­taire, un Dieu dans lequel on trouve de la Vie, de l’Amour, du par­tage, et même de la place ! de la place pour nous « parce que tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaî­tre. » (Jn 15,9) Vivons le mys­tère de la Sainte-Trinité !

Père Bruno GUESPEREAU

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales