dimanche
21 octobre 2018
  Accueil du site > Actualités > Denier > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Tel est le verset pro­posé à notre médi­ta­tion pour la 26è jour­née mon­diale du malade. Dans le mes­sage que le Pape François adresse à l’Eglise, il pré­cise que « ces paro­les du Seigneur éclairent pro­fon­dé­ment le mys­tère de la Croix. Celle-ci ne repré­sente pas une tra­gé­die sans espé­rance, mais elle est le lieu où Jésus mani­feste sa gloire et laisse ses der­niè­res volon­tés d’amour, qui devien­nent les règles cons­ti­tu­ti­ves de la com­mu­nauté chré­tienne et de la vie de chaque dis­ci­ple. » « Les paro­les de Jésus don­nent son ori­gine à la voca­tion mater­nelle de Marie à l’égard de l’huma­nité tout entière. » « La dou­leur indi­ci­ble de la croix trans­perce l’âme de Marie, mais ne la para­lyse pas. Au contraire, comme Mère du Seigneur, un nou­veau chemin de don com­mence pour elle. Sur la croix Jésus se préoc­cupe de l’Eglise et de l’huma­nité tout entière et Marie est appe­lée à par­ta­ger cette même préoc­cu­pa­tion. » « Cette voca­tion mater­nelle de l’Eglise envers les per­son­nes dans le besoin et les mala­des s’est concré­ti­sée, au long de son his­toire bimil­lé­naire, par une série d’ini­tia­ti­ves en faveur des mala­des. Cette his­toire de dévoue­ment ne doit pas être oubliée. Elle se pour­suit aujourd’hui encore, dans le monde entier. » Le saint Père reprend l’image de l’Eglise comme ‘hôpi­tal de cam­pa­gne’. « Jésus a laissé en don à l’Eglise sa puis­sance de gué­ri­son. » « C’est à Marie, Mère de ten­dresse, que nous vou­lons confier tous les mala­des dans leur corps et leur esprit, afin qu’elle les sou­tienne dans l’Espérance. »

En ce diman­che, nous prions pour les mala­des, mais également pour leur famille et toutes les per­son­nes qui les accom­pa­gnent par leur minis­tère de com­pas­sion.

Père Stanislas LEMERLE

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales