dimanche
27 mai 2018
  Accueil du site > Actualités > Denier > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute mon­ta­gne. Et il fut trans­fi­guré devant eux » (Mc 9, 2). Le temps de Carême n’est pas seu­le­ment un temps de péni­tence et de pri­va­tions, il est aussi le temps où le Christ nous dévoile son mys­tère de gloire et de salut. La Transfiguration, c’est la mani­fes­ta­tion de la divi­nité de Jésus que cache son huma­nité. Devant trois de ses dis­ci­ples qui seront aussi témoins de son agonie, Jésus dévoile la gloire qu’il par­tage de toute éternité avec le Père et l’Esprit Saint. Il décou­vre ainsi à ses amis la gloire qui l’attend au-delà de l’humi­lia­tion pro­chaine de la croix. C’est aussi à cette gloire qu’il désire conduire tous ceux qui croient en lui. La scène se passe sur une haute mon­ta­gne. Dans l’expé­rience bibli­que, la mon­ta­gne est un lieu excep­tion­nel qui sym­bo­lise en même temps la terre et le ciel. C’est là que se situent les rendez-vous entre Dieu et les hommes : Dieu des­cend tandis que l’homme monte. Commentant cet évènement de la Transfiguration lors de la prière de l’Angélus du 06 août 2017, le Pape François fai­sait com­pren­dre que l’ascen­sion des dis­ci­ples Pierre, Jacques et Jean vers le Mont Thabor nous invite à réflé­chir sur « l’impor­tance de se déta­cher des choses mon­dai­nes, pour mar­cher vers les hau­teurs et contem­pler Jésus ». Il s’agit de « nous dis­po­ser à l’écoute priante et atten­tive du Christ », le Fils bien-aimé du Père, en recher­chant des moments inti­mes de prière. L’épisode de la trans­fi­gu­ra­tion nous lance un appel solen­nel : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ». Nous sommes donc invi­tés à mettre toute notre confiance en Jésus, à lui ouvrir les portes de notre cœur et à nous lais­ser guider par sa Parole de Vie. Bon diman­che et bonne semaine de tra­vail et de prière.

Père Thomas THON

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales