mardi
19 septembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Message de Noël du Pape Benoit XVI, 25 décembre 2012

« Chers frères et soeurs de Rome et du monde entier, bon Noël à vous tous et à vos famil­les !

En cette Année de la foi, j’exprime mon sou­hait de Noël avec ces paro­les, tirées d’un psaume : « La vérité a germé de la terre ». Dans le texte du psaume, en réa­lité, nous les trou­vons au futur : « La vérité ger­mera de la terre » : c’est une annonce, une pro­messe, accom­pa­gnée d’autres expres­sions, qui dans l’ensem­ble réson­nent ainsi : « Amour et vérité se ren­contrent, / jus­tice et paix s’embras­sent ; / la vérité ger­mera de la terre / et du ciel se pen­chera la jus­tice. Le Seigneur don­nera ses bien­faits / et notre terre don­nera son fruit. / La jus­tice mar­chera devant lui, / et ses pas tra­ce­ront le chemin » (Ps 85, 11-14).

Aujourd’hui, cette parole pro­phé­ti­que s’est accom­plie ! En Jésus, né à Bethléem de la Vierge Marie, l’amour et la vérité se sont réel­le­ment ren­contrés, la jus­tice et la paix se sont embras­sées ; la vérité a germé de la terre et la jus­tice s’est pen­chée du ciel. Saint Augustin expli­que avec une heu­reuse conci­sion : « Qu’est-ce-que la vérité ? Le Fils de Dieu. Qu’est-ce que la terre ? La chair. Demandes-toi d’où est né le Christ, et vois pour­quoi la vérité a germé de la terre… la vérité est née de la Vierge Marie » (En. in Ps. 84, 13). Et dans un dis­cours sur Noël, il affirme : « Avec cette fête qui revient chaque année, nous célé­brons donc le jour où s’est accom­plie la pro­phé­tie : “La vérité a surgi de la terre et la jus­tice s’est pen­chée du ciel”. La Vérité qui est dans le sein du Père a surgi de la terre parce qu’elle fut aussi dans le sein d’une mère. La Vérité qui régit le monde entier a surgi de la terre parce qu’elle fut sou­te­nue par les mains d’une femme …

La Vérité que le ciel ne suffit pas à conte­nir a surgi de la terre pour être cou­chée dans une man­geoire. À l’avan­tage de qui un Dieu si sublime s’est-il fait si humble ? Certaine-ment avec aucun avan­tage pour lui, mais avec un grand avan­tage pour nous, si nous croyons » (Sermones, 185, 1).

« Si nous croyons ». Voilà la puis­sance de la foi ! Dieu a tout fait, il a fait l’impos­si­ble : il s’est fait chair. Sa toute-puis­sance d’amour a réa­lisé ce qui va au-delà de la com­pré­hen­sion humaine : l’Infini s’est fait enfant, est entré dans l’huma­nité. Pourtant, ce même Dieu ne peut entrer dans mon cœur si je ne lui ouvre pas la porte. Porta fidei ! La porte de la foi ! Nous pour­rions demeu­rer effrayés devant notre toute puis­sance à l’envers. Ce demeure pour sa pré­sence dans le monde. Cette terre existe, et aujourd’hui aussi, en 2012, de cette terre a germé la vérité !

Par consé­quent, il y a de l’espé­rance dans le monde, une espé­rance fiable, même dans les moments et dans les situa­tions plus dif­fi­ci­les. La vérité a germé, por­tant amour, jus­tice et paix (…) »

Pape Benoit XVI, 25 décem­bre 2012

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales