samedi
24 juin 2017
  Accueil du site > Vivre sa Foi > Sacrements
 
Enregistrer au format PDF
Sacrements

 LE BAPTEME

Devenir enfant de Dieu Par le bap­tême, Dieu nous accueille en sa famille tel son fils ou sa fille. Nous deve­nons membre à part entière de l’Eglise. Une nou­velle vie com­mence. Ce rite, qui donne accès aux autres sacre­ments, peut être célé­bré à tout âge.

  • Enfants de moins de 3 ans :
    Contact trois mois avant la date souhaitée, à l’accueil de la paroisse : 01 44 75 77 50.

DEMANDE DE CERTIFICAT DE BAPTEME

« Pour toute demande de cer­ti­fi­cat de bap­tême (excepté pour les deman­des de cer­ti­fi­cats de bap­tême en vue du mariage, qui seront deman­dés par le prêtre ou le diacre pré­pa­rant le mariage), merci d’envoyer un cour­rier postal, avec une enve­loppe tim­brée pour la réponse, à l’adresse ci-après :

Monsieur le Curé, Paroisse du Saint-Esprit, 1 rue Cannebière 75012 Paris
en pré­ci­sant :
le motif de la demande,
les nom, prénom,
date de nais­sance
date de bap­tême de la per­sonne concer­née. »

 LA COMMUNION

Le caté­chisme et l’aumô­ne­rie pré­pa­rent les enfants à rece­voir le sacre­ment de l’Eucharistie.
Une équipe se tient à la dis­po­si­tion des per­son­nes qui dési­re­raient rece­voir la com­mu­nion à domi­cile.

 LA CONFIRMATION

Être affermi dans la foi
La confir­ma­tion donne l’Esprit Saint pour mieux nous enra­ci­ner dans notre vie d’enfant de Dieu.

  • Préparés dans le cadre de l’aumônerie, les jeunes reçoivent ce sacrement des mains de l’évêque ou d’un de ses collaborateurs.
  • Les adultes le préparent avec l’équipe du catéchuménat.

 LE MARIAGE

S’unir devant Dieu
Pour les chré­tiens, le mariage n’est pas seu­le­ment l’amour entre un homme et une femme, il est aussi le signe de l’amour absolu de Dieu pour les hommes, signe de son Alliance.
En choi­sis­sant d’être unis pour la vie devant Dieu, les fian­cés s’enga­gent à vivre sur quatre points d’appuis : liberté, fidé­lité, fécondité et indis­so­lu­bi­lité.
Pour s’y pré­pa­rer, les fian­cés doi­vent pren­dre contact avec la paroisse six mois avant la date sou­hai­tée. La pré­pa­ra­tion avec d’autres fian­cés sera com­plé­tée par des ren­contres avec le prêtre ou le diacre qui cons­ti­tue le dos­sier admi­nis­tra­tif et/ou célè­bre le mariage.

Contacter l’accueil de la paroisse : 01 44 75 77 50

 LA RECONCILIATION

JPEG - 134.1 ko

Restaurer sa rela­tion avec Dieu.
Se confes­ser ou rece­voir le sacre­ment de réconci­lia­tion, c’est être par­donné et retrou­ver la rela­tion de confiance que nous entre­te­nions avec le Seigneur.

    • Une rencontre avec un prêtre pour se confesser est possible : en semaine de 17h à 19h et le samedi de 16h à 18h.
    • Journée du pardon : chaque année, en principe le mercredi précédant le dimanche des Rameaux, de 8h à 21h

 LE SACREMENT DES MALADES

Sacrement des malades rece­voir du réconfort.
Vous souf­frez dans votre corps, vous êtes affai­bli par la mala­die ou par l’âge... A tra­vers le sacre­ment des mala­des, Jésus, qui a tant souf­fert, vient nous aider à porter nos souf­fran­ces phy­si­ques et mora­les. L’onc­tion donnée par un prêtre, indi­vi­duel­le­ment ou lors d’une céré­mo­nie col­lec­tive, offre réconfort et force. Contact  : accueil de la paroisse 01 44 75 77 50

Célébration com­mu­nau­taire de l’onc­tion des mala­des
Toutes les per­son­nes dési­rant rece­voir le sacre­ment des mala­des doi­vent au préa­la­ble ren­contrer un prêtre. Il est pos­si­ble de deman­der une visite à domi­cile en télé­pho­nant à l’accueil

Accueil de la paroisse :
tél 01 44 75 77 50
Pour en savoir plus sur :
Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales